Cognac et Vodka… Quelle est la différence ?

Il est acquis qu’il existe une multitude de boissons alcoolisées dites « spiritueux ».  Mais, avez-vous déjà pris le temps de réfléchir aux différences entre Cognac et Vodka? Pourquoi certaines personnes porteront leur choix vers une bouteille de Vodka, alors que d’autres (nous et probablement la plupart d’entre vous qui lisez cet article) se tourneront vers le Cognac?

Pour répondre à cette question, nous pourrions comparer Hennessy, Cognac le plus populaire au Monde, et Grey Goose, Vodka la plus rentable au Monde (même si les ventes de Smirnoff sont plus élevées en quantité). Cependant, nous avons décidé de mener l’enquête en analysant les différences fondamentales entre ces deux spiritueux. A votre avis, qui sera le vainqueur… ?

Cognac Vodka

A partir de quoi sont-ils fabriqués?

Le Cognac, comme vous le savez surement, est le fruit de raisins blancs d’origine contrôlée. La Vodka, quant-à elle, peut être fabriquée à partir de n’importe quelle matière première agricole. Elle est donc parfois le produit de raisins; en effet Ciroc provient même de la région cognaçaise. Néanmoins, dans la plupart des cas, la Vodka est issue de pommes de terres ou de céréales (telles que le blé et le seigle), pas de raisins. Quant à la vodka industrielle, elle est souvent fabriquée à partir de mélasse (résidu de la fabrication du sucre de betterave sucrière).

A notre humble opinion, les baies de raisins sont aromatiquement nettement supérieures aux graines de céréales. Le Cognac marque donc des points dans cette section.

Quelle apparence prennent-ils?

Animée de couleurs chatoyantes, chaudes et ambrées, la robe du Cognac est intéressante à regarder. De manière générale, elle s’assombrit en vieillissant, sans jamais perdre son brillant et son éclat. La Vodka est claire – comme de l’eau ; son apparence fera difficilement l’objet d’une discussion.  Une fois de plus, le Cognac remporte la comparaison haut la main… Les apparences étant parfois trompeuses, aucun point n’est ici accordé.

Cognac Vodka

Où sont-ils produits?

Par décret, datant du 1er mai 1909, le Cognac doit être élaboré dans une aire de production spécifique, qui se limite principalement aux départements français de Charente et Charente-Maritime. En opposition, la Vodka peut être fabriquée absolument partout – vous pouvez même la distiller dans votre propre maison… sous réserve que cette activité ne soit pas déclarée illicite dans votre pays 😉 [Ndlr. Français s’abstenir !] Pour l’instant, Cognac 2 – Vodka 0.

En combien de temps sont-ils produits?

[Omettons le fait que la vigne doit être âgée d’au moins trois ans pour donner ses premiers raisins… ] La production de Cognac demande beaucoup de patience. Tout d’abord, sa distillation à feu nu est l’une des plus longues au Monde (en particulier celle du Cognac Bisquit). Ensuite, la réglementation impose au moins 2 années de vieillissement en futaille de bois de chêne. Au-delà du minimum légal, les Cognacs les plus prestigieux vont vieillir pendant plusieurs dizaines d’années… Il faut laisser le temps au temps. Pour la Vodka, le processus est beaucoup plus rapide. Une vodka premium telle que Grey Goose peut être brassée, fermentée, distillée et mise en bouteille en seulement quelques jours. Alors… Cognac ou Vodka ? Êtes-vous à la recherche de l’expression de la lente marche du temps ou en faveur de l’efficacité ? Parce que toute réponse est envisageable, nous donnons un point aux deux spiritueux.

Quel est leur prix?

Nous commençons enfin à nous attaquer aux réelles différences… Bien qu’il soit possible d’acheter une bouteille de Cognac pour la modique somme de 30€, vous pouvez facilement ajouter plusieurs zéros à l’addition pour les Cognacs les plus rares. Le coût dépendant de nombreux facteurs, il est difficile de donner un prix typique. Du côté de la Vodka, les bouteilles les plus chères ne dépasseront jamais quelques centaines d’euros. Pourquoi? Parce que l’offre est pléthorique… elle ne peut donc pas rivaliser avec la quantité limitée de Cognac disponible. Qui remporte la manche ? Rareté ou Prix bas ? Une nouvelle fois, il est difficile de trancher… Cognac 4 – Vodka 2.

Cognac Vodka

Quel est leur goût?

Chaque Cognac est différent, en raison de multiples facteurs, qui en font sa richesse et sa diversité. La Vodka, elle, a juste le goût de Vodka ; elle ne dépend ni du terroir, ni du millésime, ni d’un assemblage, ni du savoir-faire du vigneron-distillateur… C’est pour cela qu’elle est si populaire en cocktails. Bien sûr, il existe quelques Vodkas premium destinées à être consommées pures ou avec des glaçons ; mais l’exception ne fait pas la règle. Cela est sans doute subjectif, mais à notre avis, dans la catégorie du goût, le Cognac est victorieux

En conclusion ? Cognac 5 – Vodka 2. Ce résultat final paraît logique si l’on considère qu’un site intitulé « Cognac Expert » ne peut que défendre les couleurs du Cognac. Qu’en pensez-vous? Sommes-nous juste dans notre notation? Devrions-nous prendre d’autres aspects en considération?

Quoi qu’il en soit, les deux spiritueux ont leurs mérites. Ce sont deux boissons totalement différentes, qui devraient être considérées comme telles. Après tout, quelque soit votre choix, le plus important est d’apprécier !

Boiriez-vous du Cognac en poudre !?

Palcohol arrive sur le marché – ou peut-être pas…

Pour les puristes, l’idée qu’un Cognac – ou n’importe quel autre type de spiritueux- puisse être fabriqué à partir de poudre et d’eau laisse un goût amer…

Pourtant, le concept d’alcool en poudre n’est pas nouveau, puisqu’il est déjà commercialisé dans plusieurs pays européens et au Japon depuis une dizaine d’années. C’est seulement quand les autorités américaines ont autorisé le produit, et plus particulièrement la marque « Palcohol », que le sujet a attiré l’attention du grand public.

De manière assez amusante, la décision a été rendue publique aux Etats-Unis et les médias nationnaux et étrangers se sont emparés de l’affaire. Le fabricant Lipsmark s’est fait surprendre par la viralité de l’information, et la fréquentation de son site internet a atteint des records, révélant …. euh – comment dire ?… une publicité légèrement irresponsable pour le produit.

palcohol

D’après les journaux The Independant et The Verge, l’ancienne version du site encourageait les visiteurs  à « expérimenter » en saupoudrant Palcohol « sur presque tous les plats ». Dans un élan de créativité folle,  le fabriquant proclamait : « Pourquoi ne pas ajouter de la vodka à vos œufs pour bien commencer la journée ? ». Attention, précisait-il, « si vous l’utilisez en cuisine, il faut ajouter Palcohol APRES la cuisson pour éviter que l’alcool soit brûlé… et que cela aille à l’encontre du but recherché. » Dans un autre paragraphe, on pouvait lire ces propos légèrement alarmants et déconnectés : « Parlons de l’éléphant dans la pièce… qui est entrain de sniffer Palcohol » !

Le moins que l’on puisse dire est que les américains ne semblent pas connaître et appliquer un équivalent à notre loi Evin ! Pour ajouter à l’embarras, cet incident a eu lieu en pleine campagne de sensibilisation à l’alcool, pendant le « US Alcohol Awareness Month ».

Depuis cette date, l’entreprise Lipsmark, assise sur une poudrière, a retiré les conseils contestables, en déclarant qu’il ne s’agissait que d’une expérimentation et que cela ne reflétait en rien la publicité finale destinée au grand public. Pour calmer les esprits ardents et éviter de mettre le feu aux poudres, le nouveau site Palcohol réitère que l’alcool doit être apprécié de manière responsable.

Les étiquettes des produits, faisant également l’objet de divergences, sont la raison pour laquelle l’approbation réglementaire a été révoquée. Cependant, il est très probable que Palcohol arrive sur le marché des Etats-Unis à partir de l’Automne 2014. Et, comme on le dit souvent – aucune publicité n’est une mauvaise publicité. Le créateur de Palcohol est sans doute entrain de savourer toute l’attention que le produit a reçu, en se frottant les mains avec délectation.

palcohol-titre

Mais finalement, qu’est-ce que Palcohol ? Nous n’allons pas vous donner un cours de Sciences. En bref, il semblerait que la société Lipsmark utilise un processus qui trappe l’alcool à l’intérieur d’une molécule appelée Cyclodextrine. Cela est nécessaire parce que l’éthanol est un composé qui boue à une température beaucoup plus basse que l’eau (environ 78°C), et que dans son état naturel, il ne peut être solidifié que grâce à une congélation à -114°C… Dès que la température se réchauffe, il se liquéfie de nouveau. Ceci explique pourquoi l’on peut mettre des spiritueux, tels qu’ABK6 Ice Cognac, au congélateur avant de les servir, pour les apprécier dans leur version givrée.

Mais, il ne s’agit pas uniquement de créer de l’alcool en poudre. Le Cognac est bien plus qu’un simple mélange hydroalcoolique. Il s’agit d’une alliance subtile de saveurs, d’un assortiment complexe pouvant rassembler des centaines de composés aromatiques. La possibilité qu’une poudre puisse encapsuler toutes ces nuances est en effet très faible…

Pour l’instant, Palcohol va se contenter de cibler le marché des « premix » avec des produits tels que « Powderita » (qui « a exactement le goût de Margarita »), Mojito et Cosmopolitain. L’entreprise vise également le marché de l’évènementiel, en s’exclamant : « Qu’y a-t-il de pire que d’aller à un concert ou à un évènement sportif et d’avoir à payer 10$, 15$, 20$ pour une boisson ? Est-ce une blague!? Emmenez Palcohol avec vous et appréciez une boisson pour une fraction du coût! »

Le marché cible semble donc bien identifié. Mais de là à ce que le concept gagne le cœur des amateurs de vrai Cognac, Whisky ou Rhum…..

Sources: livescience.com, independant.co.uk